Auron, plus qu’un stage, une fête de la glisse !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Activités A.N.I.C.E.S, Para-Snowboard

Cette année, pour la quatrième édition du stage de glisse pour personnes en situation de handicap organisée par ANICES et initié par Patrice Barattero, c’est plus de cent personnes qui ont profité de la neige du Mercantour.

Du 17 au 19 mars 2017, les personnes en situation de handicap (amputées, ayant une déficience musculaire, mal et non-voyant) ont pu s’essayer aux joies des sports de glisse.

Venant de Corse, Lille, Marseille, Bordeaux, Paris …. c’est la France entière qui s’est donné rendez-vous à Auron !

Logés à l’hôtel du Bataclan sur les pistes, les participants de ce stage ont partagé en plus du côté sportif, un moment de convivialité et de rencontres.

Pour les personnes amputées, les prothésistes de l’entreprise Chabloz étaient présents pour adapter et régler les prothèses Procarve de la société Ottobock.

Le département des Alpes Maritimes a mis à notre disposition deux tandem-ski pour les personnes ne pouvant ou ne sachant pas skier, ainsi que notre snow-kart et un autre pour les personnes à mobilité réduite.

Des cours de ski étaient dispensés par l’ESF (Ecole de Ski Français) aux personnes débutantes et à celles souhaitant se perfectionner.

Le vendredi soir après la première journée c’est en téléphérique, en haut des pistes que tout le monde s’est retrouvé pour profiter d’un apéro au bar d’altitude le Maëva, offert par ANICES.

Le samedi midi, après une matinée de glisse libre et la venue du journaliste de la radio locale Radio Oxygène, c’est l’entreprise Chabloz qui a offert le lunch à tous les participants afin de prendre des forces pour le Challenge Tuiata (slalom en l’honneur d’une jeune fille partie bien trop tôt).

Cette course amicale (super G) a été offerte par la société qui fabrique les prothèses, Ottobock ! Une belle réussite puisque c’est plus d’une trentaine de participants qui ont pris le départ de cette descente.

Pour la remise des récompenses, la mairie de Saint Etienne de Tinée nous a offert l’apéritif que nous avons pris en compagnie de Madame Fulconis, 1er adjointe au Maire.

Le dimanche, nouvelle journée de ski avec la photo de groupe pour Nice-Matin puis c’est le retour pour toutes ces personnes qui ont pris le chemin de la maison avec un grand sourire.

Un tel événement ne peut s’organiser sans le soutien de la Région PACA, de la Métropole Nice Côte d’Azur, la SEM (forfaits), l’ADEPA, HP Maintenance Service et les nombreux bénévoles présents.

Merci à toutes et tous et à l’année prochaine !

Interview de Maxime Montaggioni !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Activités A.N.I.C.E.S, Coin Presse, Para-Snowboard

De retour de ces nombreuses compétitions, Maxime Montaggioni, Champion du Monde de BoarderCross était en interview sur Radio Oxygène hier pour parler de sa saison et des prochains Jeux Paralympiques d’hiver !

 

Vous avez loupé l’interview ?

 

http://www.radiooxygene.com/podcasts/maxime-montaggioni-les-jeux-paralympiques-j-y-pense-712

 

Pas de problème, cession de rattrapage tout de suite !

 

Bravo Maxime !

De l’initiation, de la formation et de la neige à Gogo !!

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

Demain matin, jeudi 9 mars, 12 adhérents d’ANICES prendront la route direction Serre-Chevalier.

En effet, sur l’initiative de Patrice Barattero parasnowboardeur ô combien titré et qui plus est pédagogue dans sa discipline, onze snowboardeur en situation de handicap physique vont profiter de l’expérience et de la technicité de Patrice ainsi que des pistes de Serre-Chevalier pour se perfectionner dans cette discipline phare des sports de glisse qu’est le snow.

Pascal Galea sera également aux côtés pour l’assister dans cette organisation.

Ils seront sur les pistes du 9 au 16 mars, alors retrouvez-les tous les jours sur le Facebook ANICES pour suivre leur évolution dans cette co-location improbable !

Bravo à eux et bon stage.

Champion du Monde !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

C’est Officiel, Rien ne l’arrête !
L’envie, la fougue de la jeunesse, la technique et le mental du champion, ca permet de dépasser les limites, toutes les limites !
Maxime Montaggioni  a fait le voyage au Canada pour les Coupes du Monde de Snowboard Cross et de BankSlalom !
Un voyage qui a porté ses fruits :
Après une chute, il termine second et remporte le titre de vice-champion du Monde de Snowboard Cross.
Une seconde place qui va le galvaniser et lui permettre lors du BankSlalom de surpasser tous ses concurrents et de devenir
Champion du Monde !
Bravo Maxime ! Bon travail et continue comme ça !

Et 1, et 2, et 3 médailles de bronze !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

Un super début de saison pour notre sportif et ami Maxime Montaggioni !

Les premières compétitions de l’année se déroulent aux Pays-Bas, à Landgraaf.

Et Maxime a décidé cette année de démarrer sur les chapeaux de roues !

3 compétitions, 3 médailles !

La première c’est en manche de Coupe d’Europe de Bankslalom, une médaille de bronze.

Et voilà que plus rien ne l’arrête, 2 médailles de bronze en manches de Coupe du Monde de Bankslalom.

Un superbe début de saison pour Max’, le début d’une belle saison.

Bravo Champion.

Rencontre avec un Champion !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

Maxime Montaggioni, actuel meilleur « performer » français en parasnowboard, sportif de l’association ANICES, a participé à un stage FFH de préparation à Bariloche en Argentine. J’ai eu l’occasion de l’avoir au téléphone et de lui poser quelques questions.
Salut Maxime, sur quels aspects de ta préparation était axé ton stage à Bariloche ?
– J’ai eu la chance de pouvoir m’entrainer dans des conditions réelles de courses durant ces 12 jours de préparation et notamment réellement travailler mes départs. En effet, peu de stations me permettent aujourd’hui de travailler mes départs en condition de compétition étant donné que peu d’entre elles possèdent le matériel nécessaire à cet exercice. La station d’Isola par exemple, qui permet elle aussi de travailler les départs, ne me permet pas vis-à-vis de la météo, de m’entrainer à cette période de l’année en raison du manque évident de neige. Ce fut donc un stage technique intense qui m’a été très bénéfique pour les évènements et compétitions à venir.
Mis à part ta propre préparation, qu’est-ce-qui t’as marqué le plus lors de ce stage en Argentine ?
– Hormis le voyage un peu long, les argentins m’ont très bien accueilli, et j’ai même pu améliorer mon niveau d’espagnol (rires), mais ce qui m’a probablement le plus marqué, était l’altitude à laquelle se situait la station. En effet avec une moyenne à 1200 mètres d’altitude, soit quand même 800 mètres de moins qu’Isola, cela donnait lieu à des paysages magnifiques et notamment une vue imprenable sur le lac de Nahuel Huapi, en contrebas.
Retourneras-tu à Landgraaf cette année et si oui, quels seraient tes objectifs de performance ?
– Malheureusement, malgré mon statut de sportif de haut-niveau, il m’est encore compliqué de gérer mes projets professionnels et sportifs et d’arriver à faire coordonner les deux. Je ne suis pour le moment pas sûr d’être disponible pour la compétition, mais j’espère vraiment pouvoir l’être pour pouvoir mettre en œuvre les différents stages de préparation effectués, et notamment les progrès réalisés. Mais si j’ai la possibilité d’y participer, j’aimerai pouvoir rompre le sort et enfin ne plus finir 4ème (rires), car ces deux dernières années, j’ai terminé à la quatrième place lors des 4 courses !
Comment envisage-tu les championnats du monde à venir au Canada, et sur un plus long terme, les Jeux Paralympiques d’hiver de Pyeongchang (Corée du Sud) en 2018 ?
– J’ai encore beaucoup de stages qui sont prévus dans les mois à venir, pour pouvoir être à mon meilleur niveau une fois au Canada début Février. J’ai encore du temps pour me préparer à cette compétition et j’ai beaucoup de monde derrière moi, qui me soutiennent et me font confiance, une fois prêt j’espère avoir la possibilité de pouvoir prétendre à un podium, et on verra par la suite pour Pyeongchang (rires) !
Merci Maxime pour cet entretien, bonne continuation pour la suite !
Thomas Vanhaezebrouck (service civique de l’ANICES)

Le marathon du parasnowboard

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

Maxime Montaggioni, rien n’arrête ce petit jeune plein de bonne volonté !

En avant pour la station des Angles début mars, le 9 précisément où Maxime remporte la médaille d’argent lors d’une des manches de la Coupe du Monde de Snowboard Cross, catégorie « amputé membres supérieurs ».

 

Après cette belle performance, c’est au pied du podium que se retrouve Max qui termine à la 4ième place de la Coupe d’Europe de Bankslalom.

 

Mais il est persévérant notre jeune ami et le voilà le lendemain retrouvant la chaleur du podium ! 3ième place, médaille de bronze lors de la manche de Coupe du Monde de Bankslalom.

 

Le lendemain matin, Maxime devient Champion de France avant de reprendre la course pour l’Italie où se déroule les dernières courses de la saison !

Après deux ratés, Maxime termine à nouveau sur la troisième place du podium de la manche de Coupe du Monde en Bankslalom.

 

Ce qui fait au total:

 

1 médaille d’argent en manche de Coupe du Monde

 

2 médaille de bronze en manche de Coupe du Monde

 

1 titre de Champion de France.

 

Bravo Maxime, continue comme ça, ne lâche rien !

 

Maxime Montaggioni champion de France!

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

J’attendais ces Championnats de France avec impatience pour confirmer mes résultats de l’open d’Italie et surtout prouver au DTN ce dont je suis capable.
Patrice Barattero m’avait mis la pression au week-end ANICES / ADEPA d’Auron en me disant qu’il avait trouvé un adversaire de taille : John.
On a eu l’occasion de rider ensemble le dimanche et il m’avait fait une forte impression.
Je dois bien avouer que ça m’a bien travaillé jusqu’au jour J et que j’ai redoublé d’efforts dans ma préparation physique.
Nous sommes partis le vendredi 10 avril en direction des Angles, une station des Pyrénées, Patrice et moi depuis Nice et nous avons récupéré Olivier dans le Var et Jonathan à Salon de Provence.
Grâce au nouveau véhicule de l’association ANICES le voyage a été très agréable !
Après une petite journée de trajet nous arrivons à l’hôtel et nous nous installons avant le meeting de course, et le repas du soir.
Tout au long du séjour, nous avons toujours été très bien reçu et le paysage, bien qu’il n’était pas très blanc, était splendide.
Cécile Hernandez, qui a organisé la compétition avec sa station nous fait savoir que le boardercross ne sera pas facile et qu’il est « digne d’une Coupe du Monde » ce qui n’est pas pour nous rassurer.
Le lendemain nous nous sommes levés tôt pour profiter un maximum de la neige qui allait vite se ramolir vu les températures. Après 2 tours de repérages nous constatons que le tracé est très technique et qu’il ne sera pas facile de ne pas faire d’erreur, le doute s’installe dans toutes les têtes…
Nous avons le droit à deux passages pour tester le boarder avant que la compétition commence, je tente de les assurer pour me mettre en confiance et tout se passe bien, même la grosse bosse que tout le monde appréhendait.
Une fois que la compétition était lancée je n’ai pas eu le temps de trop réfléchir puisque j’avais le dossard numéro 2. Mon premier run se passe bien mais j’ai fait des petites erreurs que je pense pouvoir améliorer.
Au deuxième run je me fais surprendre sur l’enchainement de virage et décide de lacher les chevaux.
Sur la fin du parcours j’allais trop vite et la dernière bosse me fait voler, je passe la ligne d’arrivée en glissant sur le dos 😉
Malgré ces multiples erreurs je suis à quelques dixièmes seulement de mon premier run, du coup je sais que je peux m’améliorer d’au moins 1 à 2 secondes…
Malheureusement l’enchainement de virage au milieu du parcours, que j’avais déjà eu du mal à négocier, ne m’a pas aidé et je refais une erreur qui me fait perdre beaucoup de temps.
Au final j’améliore légèrement mon temps mais pas plus que mon premier run.
Une fois les derniers résultats tombés je devance de près de 8 secondes le second de ma catégorie et de quelques dixièmes seulement le deuxième de la compétition.
Je suis à ce moment là très heureux d’avoir signé les meilleurs temps de la compétition et de remporter le titre de Champion de France de parasnowboard SBX catégorie amputée membre supérieur!
Prochaine étape le stage de sélection Equipe de France du 27 au 30 juin !!!
A bientôt pour de nouvelles aventures !
Maxime Montaggioni

ANICES Parasnowboard: Maxime Montaggioni prend l’argent en Italie !

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

21 et 22 mars 2015
Cette seconde compétition en Parasnowboard était l’occasion pour moi de découvrir la seconde épreuve du circuit des Coupes du monde : le snowboard SBX (Snowboardcross).
Je suis parti le vendredi avec Cécile Hernandez qui m’as pris sur son passage puisqu’elle venait de Perpignan, et nous voilà partis pour 5 bonnes heures de voitures direction Folgarià, une petite station des Dolomites, repaire de l’équipe de Parasnowbaord italienne.
A notre arrivée à l’hotel nous nous installons, puis sommes attendu pour le diner et la réunion de course pour récupérer nos dossards pour le lendemain. Une fois les dossards en poche direction la chambre pour la préparation des planches (fartage).
Samedi 21 : Boardercross
Levé tôt pour être sur les pistes le plus tôt possible, c’est tout excité que je me suis rendu sur le lieux de la piste.
En dehors de celui d’Isola 2000 je n’avais jamais vu boardercross et lorsque je l’ai vu j’ai pris peur. En effet les deux gros Wu-tang de la première ligne droite et la grosse double bosse avec un virage relevé et des grosses woops (bosse qui s’enchaînent rapidement), m’a complètement déstabilisés. Heureusement que m’a partenaire Cécile a su me motiver et dédramatiser ces obstacles.
Grâce à cela j’accroche le 3ème temps des qualifications ce qui me permets de courir en quart de finale contre un adversaire du bas du classement. Je découvre alors l’excitation des face-à-face, une bonne pression qui m’aide à me qualifier pour la demie-finale sans trop de mal.
Malheureusement je constate que mon adversaire pour la demie-finale n’est autre que Manuel Pozzorlo, le récent Champion du Monde de ma catégorie qui, grâce à son temps en qualification a été propulsé en demie sans passer par les quarts. Il a également le droit de choisir son couloir de départ et s’installe à l’extérieur (le meilleur choix au vu du tracé), il est donc dans mon dos.
Le seul moyen pour moi de le gagner est de faire la différence et de prendre l’avantage rapidement pour l’empêcher de passer. Au « top » je m’arrache et constate que ma préparation physique a été efficace et je suis au contact jusqu’au deuxième Wu-tang ou il saute un tout petit peu trop haut. Grâce à cette petite erreur je prend l’avantage de quelques centimètres et tente de me positionner au mieux pour le virage quitte à le bloquer.
C’est ce qui s’est passé puisque je l’ai empêché de replonger dans le virage l’obligeant à freiner fortement pour ne pas sortir de piste. Cette erreur lui fait perdre de la distance et je peux finir la course sans avoir besoin de prendre des risques démesurés.
En finale je tombe sur le vice-champion du monde qui a réussi à passer les quarts et la demi-finale. Ayant le cœur et le sentiment du travail accomplie  je décide de prendre plus de risques pour tenter de gravir la plus haute marche du podium. Un risque qui ne fût pas payant car déséquilibré à cause de la vitesse, je suis obligé de freiner brutalement à la réception du premier Wu-tang. A ce moment là je vois mon adversaire prendre le large et malgré tous mes efforts pour revenir, je finis à une dizaine de mètre de mon concurrent Roberto Cavicchi.
Dimanche 22 : Bank Slalom
Pour cette seconde épreuve j’ai la volonté de remonter sur le podium pour gommer la 4ème place de Laangraf  en novembre dernier.
Je décide alors de prendre plus de risque et de rider une véritable planche de course que Patrice Barattero m’a prêté. Ne l’ayant jamais testé, c’était soit ça passait, soit ça cassait.
Cette fois c était l’addition des deux meilleures manches (sur trois) qui déterminerait le classement finale.
La première manche s’est bien passée mais j’avais l’impression de ne pas avancer. Une impression fondé puisque j’avais tout simplement mal gratté ma planche et les résidus de farte collaient à la neige. Je m’empare de la 3ème place.
Une fois la semelle polie, je repars pour mon 2èle run et malheureusement je n’arrive pas à dompter ma planche qui me fait dévié de ma trajectoire à plusieurs reprise et me fait perdre du temps. Même si j’améliore mon temps je reste 3ème.
Enfin pour la dernière manche je pensais avoir réalisé la course parfaite mais je n’améliore pas suffisamment mon temps pour espérer mieux que la 3ème place.
Au final ce week-end aura été très très enrichissant, plein de surprises et des résultats qui d’une part confirment les résultats encourageant de la Coupe du Monde en Hollande et m’ouvrent de belles perspectives.
Prochaine étape si les championnats de France ne voient pas le jour, le stage de sélection en équipe de France à Tignes au mois de juin.
Maxime

A.N.I.C.E.S forme ses bénévoles!

Ecrit par ANICES. Dans la section A la Une!, Para-Snowboard

Du lundi 19 au 24 janvier 2015, nos amis Patrice Barattero et Jean-Yves Berdah seront à Serre-Chevalier pour un stage de formation pour devenir moniteur fédéral 1er niveau MS1 de snowboard.

Il s’agit d’une formation pour par la suite pouvoir encadrer jusqu’à 6 personnes et donner des cours d’initiation de snowboard aux personnes handicapées.

Ce stage est reconnu par la fédération française de ski.

A quelques heures du départ, François à posé quelques questions à Jean-Yves, snowboardeur valide qui s’embarque dans cette aventure passionnante :

 

F : Salut Jean-Yves,  avant tout, depuis combien de temps fais-tu du snowboard?

J-Y : Depuis maintenant 20 ans

 
F : Comment as-tu été sensibilisé au handicap, au parasnowboard?

J-Y : Par ma rencontre en 2008 avec Patrice et le stage adepa en 2010. De plus, au contact de Patrice, j’ai de moi même essayer d’envisager dans ma tête le snowboard comme si j’avais un handicap et ça m’a permis de me sentir utile pour comprendre les gestes et actions qui me semblent « normaux » en tant que valide et plus difficiles à accomplir pour un snowboardeur avec handicap.
F : Qu’est ce qui t’a motivé à faire cette formation?

J-Y : Pouvoir enseigner le snowboard et transmettre ma passion et permettre aux personnes formées de vivre les mêmes joies et sensations que je vis depuis 20 ans en faisant du snowboard

 
F : Quels types de handicaps vas-tu être amenés à accompagner?

J-Y : Tous types de handicap y compris les malvoyants que je pourrais guider sur les pistes en se tenant réciproquement par les 2 mains.

 

Merci de tes réponses Jean-Yves, je te souhaite une bonne formation et je rappelle qu’en plus de t’investir dans le parasnowboard, tu as un sacré talent de musicien, mais on en parlera une prochaine fois !

A.N.I.C.E.S. Tout droits réservés.